Outplacement Reconversion professionnelle

Faire le point et changer de vie

Tous les jours, c’est la même envie qui le prend : faire le point et changer de vie. Même scénario tous les matins à 6h30. Maxime appuie sur son téléphone pour l’éteindre. Il reste allongé 10 minutes de plus pour se donner l’impression de faire une grasse matinée, en mode accéléré. Il se lève, prépare tout, dépose Thibault à l’école et part pour sa journée de travail. Avec quelques interrogations en tête.

Changer de vie, quelle drôle d’idée !

Il repense à la question que lui avait posé son fils : « Quand on aura plus de planète, on ira habiter où ? ». L’an dernier, il se demandait encore comment il était possible qu’à 7 ans on puisse se poser sérieusement des questions pareilles. En même temps, Maxime n’est pas Superman. Il sait qu’il ne pourra pas changer tout ce qui ne va pas. Il se sent impuissant.

A quoi bon ?

Parfois même il détourne la tête et se dit que de toute façon il ne peut rien y faire. La pollution, la déforestation, le réchauffement, la surconsommation, les guerres… Certes, la fin du monde n’est pas pour demain. Les autres, après lui, aviseront quand le moment viendra. Après tout, tant qu’il arrive à payer ses factures, c’est peut-être le principal. Son poste dans la pétrochimie lui rapporte suffisamment pour ça. Mais tous les soirs, il regarde son fils en espérant réussir un jour à lui répondre. De plus en plus, Maxime se sent en conflit avec lui-même car ses propres idées entrent en dissonance entre elles.

Il existe une chose plus puissante que toutes les armées du monde, c’est une idée dont l’heure est venue.

Victor HUGO

Faire le point, c’est pas pour demain

Depuis peu, Maxime ressent le besoin de faire le point sur le sens de sa vie professionnelle dans tout ça. D’un côté, son emploi ne sert plus ses valeurs et va même à leur encontre. D’un autre, il ne sait rien faire d’autre car il a toujours fait ce métier. Ensuite, il y a quand même ce confort matériel, les primes d’ancienneté, les avantages… Se remettre en question, c’est pénible. Mais en même temps, il pense parfois à Romain, son pote, qui a tout plaqué presque du jour au lendemain, pour un projet d’éco-ruches. En vérité, ce qui arrive à Maxime, c’est qu’il a peur. Un début normal avant tout changement.

Lorsque les individus ont peur, ils abandonnent leur liberté à un pouvoir. Ils se déresponsabilisent totalement.

René LENOIR

L’envie suffit pour changer de vie ?

Alors Maxime a tout simplement invité Romain et sa famille pour un week-end. Il voulait tout comprendre de son processus de changement. Son objectif était de presque pouvoir toucher du doigt ce que ça fait de mettre le doigt dans l’engrenage du changement. Se fait-on broyer, ou bien en ressort-on métamorphosé ? Alors Romain lui a expliqué sa phase inconfortable, celle où tous les matins il se levait avec le sentiment de gaspiller sa vie. Tout avait commencé un jour où il avait participé à un crowfounding et suivi le projet original de carnet effaçable de Marisa et Nadège. Il s’était dit « et après tout, pourquoi pas moi ? ». Lui aussi avait des rêves, des centres d’intérêts, des envies de faire ce qui lui plaît… Quand Maxime lui a demandé ce qui l’avait fait basculer, Romain lui répondit ceci : en riant :

« Le jour où j’ai compris que personne, à part moi, ne me donnerait l’autorisation de le faire. Ce jour-là, j’ai grandi d’un coup. Je suis passé d’auto’Homme à auto’Nomme. C’est comme si je m’étais reconnu moi-même capable de prendre ma vie en main. » (et, en riant:) « Un peu comme si je m’étais donné la vie ».

Le copain de notre Maxime 😉

Faire le point, c’est donner du sens à sa vie

Les conseils de Romain ont été un déclencheur. Maxime s’est réveillé, à 6h30, persuadé qu’il n’allait pas être le premier et décidé à ne pas rester seul. Puisqu’il avait besoin de savoir comment faire et où aller, il allait s’appuyer sur une structure qui allait l’accompagner dans son projet. Vvoilà de quoi avancer plus vite et mieux. Il en a même parlé à son responsable, qui a évoqué un projet de reclassement en cours, un contexte favorable pour un changement professionnel avec un plan de départs volontaires et de l’outplacement. Partant d’un bilan de compétences, puis entrant dans une pépinière d’entreprises, Maxime a finalement construit et réalisé son projet. Un soir enfin, au repas, il prit les mains de son fils dans les siennes et lui dit, droit dans les yeux : « Tu te souviens de la question que tu m’avais posée quand tu avais 7 ans ? « Quand on n’aura plus de planète, on ira habiter où ? ». Voici ma réponse :  

« Tant qu’il y aura toujours des hommes qui seront là pour continuer de construire le monde, en commençant par changer leur monde, notre planète sera toujours là. »

Le papa de Thibault
Aksis faire le point en regardant l'horizon
Envie de changer de vie ?

Faites le point avec un bilan de compétences

Send this to a friend